andata.ritorno  laboratoire d'art contemporain


Andata.ritorno présente à artgenève Gianni Motti
La legge del triplo Ritorno
performance lors de l'Opening Reception le 30 janvier 2019 à 19h

stand D15, artgenève - Palexpo
du 31 janvier au 3 février 2019

Invitationartgeneve2019GianniMotti


Revue de presse

"L'intervention magique de Gianni Motti", par Jacques Magnol, in GenèveActive, 01/02/19
"Artgenève vernit sa 8e édition avec un public au rendez-vous", par Andrea Machalova, in Tribune des Arts, 31/01/2019
"Artgenève a ouvert ses portes mercredi à Palexpo. Je vous raconte le vernissage", pae Etienne Dumont, in Bilan, 30/01/2019

Textes par Joseph Farine

« Avec le vide, les pleins pouvoirs »
Albert Camus (1958)

« D’abord il n’y a rien, puis il y a un rien profond, ensuite il y a une profondeur bleue »
Gaston Bachelard (1994)

Gianni Motti expose pour la troisième fois à Andata/Ritorno, sa toute première exposition personnelle ayant eu lieu dans nos murs en 1994, avec une intervention radicale.

En guise d’incipit à ses interventions institutionnelles, Gianni Motti avait choisi d’intervenir clandestinement à Beaubourg en 1986, à l’occasion de l’exposition « Les immatériaux » dont le philosophe Jean-François Lyotard était le commissaire.
Au milieu d’une salle où étaient accrochées des œuvres de Manzoni et d’Yves Klein, Gianni Motti a projeté sur une paroi un flacon de magic ink (encre sympathique). La peinture bleue répandue sur la paroi et d’une durée de quelques minutes, avait aussitôt provoqué l’effroi de la sécurité du musée, qui alertée, n’a pu que constater au moment de son arrivée, l’absence de traces de l’effraction en question. L’affaire fut monnayée avec un collectionneur présent fortuitement au moment du forfait, qui n’a pu acheté que le souvenir du geste en question, en l’absence du polaroid que l’artiste avait fait et qu’il refusait de lui délivrer.

Gianni Motti a participé à d’importantes expositions sur le thème de l’art invisible :

« Invisible Art about the Unseen » 1957-2012, Hayward Gallery, Londres, 2012

« A Brief History of Invisible Art », CCA Wattis Institute, San Francisco, 2005.

Cet espace vide, résultat de la performance de l’Opening Reception, est comme un arrêt sur image face aux milliards d’images diffusées à chaque seconde à travers le monde, une manière de renouer avec le concept de « la sensibilité picturale immatérielle », comme un drapeau blanc, face à la guerre froide des images, même si cet arrêt ne devait durer que le temps d’ouvrir les paupières et les refermer, le temps d’une réflexion.

Les murs blancs de l’indicibilité

« On habite avec un cœur plein, un  monde vide.»
Chateaubriand

Face au vide et dans son imparable blancheur, j’ai trouvé une forme de méditativité personnelle, bien loin des formes et forces du genre en question.

Une conscience de la pensée et de l’instance acquise dans l’observation d’un lieu et son charisme peuplé de la mémoire des centaines d’œuvres qui l’ont habité.

Je parle ici du temps incommensurable à observer, d’ailleurs autant de nuit que de jour, les ombres, les lumières, les effets et reflets portés et reportés dans l’espace « immatériel » et blanc de préférence, à savoir « les murs blancs de l’immobilité », des œuvres en perpétuel devenir dans ma galerie.

Puissent les murs vides de ce stand - zone blanche dans sa lumière habitée de bleuitude secrète - en murmurer quelques échos, immobiles et futurs comme de nouvelles chances de voir par pur état sensible.

Joseph Farine
artgenève
février 2019

 

 

 

 

Andata.Ritorno bénéficie du soutien du Département de la culture de la Ville de Genève

 

 

 

Accueil –  A propos  –  Exposition en cours  –  Exposition à venir  –  Archives  –  Contact  –  Liens